Picasso

Les œuvres de sa vie

REVENIR

À propos du livre Picasso, les oeuvres de sa vie

Ce livre aborde en détail les œuvres que Picasso a réalisées tout au long de sa vie en expliquant chacune de ses étapes créatives. À travers ses pages, nous découvrirons l’histoire des tableaux les plus importants de Picasso ainsi que les événements qui ont influencé l’évolution stylistique du peintre, considéré comme l’une des références indiscutables de l’art contemporain.

Divisé en huit chapitres, le livre Picasso, les œuvres de sa vie est structuré de façon chronologique et aborde toute la trajectoire de l’artiste, de ses travaux d’adolescent aux dernières expérimentations plastiques. Grâce à cette distribution, le livre édité par Dosde permet de distinguer les différentes étapes créatives de Picasso, en insistant sur la relation entre les œuvres et le contexte historique et culturel de chaque période.

Ce parcours à travers les œuvres de Pablo Picasso inclut plus de 170 photos, aussi bien historiques que des photos des tableaux originaux. Ce livre a été réalisé avec des épreuves couleurs certifiées par l’ISO qui garantissent que la couleur imprimée est pratiquement la même que la couleur de l’œuvre originale.

Le livre a également été certifié par la Picasso Administration à travers l’organisation Vegap qui gère les droits d’auteurs, ce qui garantit la qualité de cet ouvrage sur l’artiste. Une caractéristique qui se vérifie également pour le livre de Dosde dédié aux œuvres de Picasso dans le musée de Barcelone.

Édition Visuelle

Picasso

  • Inclut du contenu digital exclusif
  • Papier respectueux de l'environnement
  • Produit sous licence officielle
  • Multilingue : publié en 6 langues

À propos du livre Picasso, les oeuvres de sa vie

Ce livre aborde en détail les œuvres que Picasso a réalisées tout au long de sa vie en expliquant chacune de ses étapes créatives. À travers ses pages, nous découvrirons l’histoire des tableaux les plus importants de Picasso ainsi que les événements qui ont influencé l’évolution stylistique du peintre, considéré comme l’une des références indiscutables de l’art contemporain.

Divisé en huit chapitres, le livre Picasso, les œuvres de sa vie est structuré de façon chronologique et aborde toute la trajectoire de l’artiste, de ses travaux d’adolescent aux dernières expérimentations plastiques. Grâce à cette distribution, le livre édité par Dosde permet de distinguer les différentes étapes créatives de Picasso, en insistant sur la relation entre les œuvres et le contexte historique et culturel de chaque période.

Ce parcours à travers les œuvres de Pablo Picasso inclut plus de 170 photos, aussi bien historiques que des photos des tableaux originaux. Ce livre a été réalisé avec des épreuves couleurs certifiées par l’ISO qui garantissent que la couleur imprimée est pratiquement la même que la couleur de l’œuvre originale.

Le livre a également été certifié par la Picasso Administration à travers l’organisation Vegap qui gère les droits d’auteurs, ce qui garantit la qualité de cet ouvrage sur l’artiste. Une caractéristique qui se vérifie également pour le livre de Dosde dédié aux œuvres de Picasso dans le musée de Barcelone.

Videos Picasso

No reviews yet.

Informations complémentaires

  • Informations complémentaires
  • Subtitle: Les œuvres de sa vie
  • Poids (g): 500
  • Reliure: Rustique
  • Taille (cm): 16,5 x 20,5
  • Auteur: Dosde
  • Pages: 0
  • Édition: Édition Visuelle
  • langue
  • Espagnol
  • Anglais
  • Française
  • Italien
  • Allemand
  • Chinois
  • isbn
  • 978-84-9103-107-9
  • 978-84-9103-108-6
  • 978-84-9103-109-3
  • 978-84-9103-110-9
  • 978-84-9103-111-6
  • 978-84-9103-112-3
  • réf.
  • 45-004-00
  • 45-004-01
  • 45-004-02
  • 45-004-03
  • 45-004-04
  • 45-004-07

Biographie de Picasso

Né en 1881 dans la ville andalouse de Málaga, Pablo Ruiz Picasso est considéré comme l'artiste le plus influent du XXe siècle. Durant toute sa carrière, le peintre a fait preuve d'une énorme capacité de création qui lui a permis de défier les limites artistiques de son époque et de se situer à la tête des avant-gardes.

Picasso a démontré son talent pour la peinture dès ses premières incursions dans le milieu pictural, sous l'influence de son père. Après avoir découvert la scène bohème de Barcelone, l'artiste déménage à Paris, la capitale de l'innovation culturelle, où il trouve les conditions idéales pour explorer des formes d'expression éloignées de la tradition picturale.

Devenu une célébrité pour ses apports à des mouvements comme le cubisme, Picasso passe les dernières années de sa vie dans le sud de la France. Inquiet de caractère, le peintre ne cesse de se réinventer jusqu'à sa mort en 1973 à Mougins, laissant derrière lui un héritage d'une valeur incalculable qui a façonné la vision de plusieurs générations d'artistes.

Toute la carrière de ce créateur visionnaire est analysée de façon exhaustive dans les divers livres sur Pablo Picasso édités par Dosde.

Les premières années

Enfant, Picasso entretenait déjà une étroite relation avec l’art. Guidé par son père –José Ruiz Blasco, un peintre de Málaga qui était professeur aux Beaux-Arts et conservateur du musée municipal– le futur artisan du cubisme se familiarisa immédiatement avec les techniques élémentaires du dessin et de la peinture.

Son talent inné, et son passage par les écoles des beaux-arts de la Corogne et de Barcelone, lui permirent de maîtriser facilement le langage de l’académisme de l’époque alors qu’il n’était encore qu’un adolescent, comme le reflètent les œuvres de Picasso de ces années, parmi lesquelles figure la toile Science et charité.

Après avoir assimilé tout ce que les professeurs pouvaient lui enseigner, Picasso se réfugia dans les lieux bohèmes de Barcelone, où il prit contact avec les courants artistiques les plus innovants. L'irruption de Picasso sur la scène bohème se refléta immédiatement dans son œuvre. Le peintre délaissa le réalisme qui avait caractérisé son étape académique pour évoluer vers un langage plus spontané.

Emboîtant le pas à ses compagnons plus expérimentés, en 1900 Picasso décida de partir à Paris en compagnie de Casagemas pour s’imprégner des dernières tendances artistiques, profitant que l’un des ses tableaux avait été sélectionné pour une exposition organisée dans le cadre de l’exposition universelle de cette même année. Durant son premier séjour dans la capitale française, Picasso put observer le comportement des archétypes de la scène bohème parisienne.

Toutes ces découvertes furent aussitôt reproduites dans des œuvres aux couleurs vibrantes comme Le Moulin de la Galette et Dans la pièce (La loge), qui révèlent l’influence d’auteurs comme Degas, Toulouse-Lautrec et Van Gogh, dont les tableaux avaient pu être admirés par Picasso lors de ses visites aux galeries de la ville

Du bleu au rose

Durant son deuxième séjour à Paris, Picasso laissa de côté l’enthousiasme que lui avaient procuré au début les attraits de la capitale française pour s’immerger dans une phase d’introspection.

Tourmenté par le souvenir du tragique suicide de son ami Carles Casagemas, l’artiste andalou développa un nouveau style pictural fortement mélancolique, fidèle reflet de son état mental. Il fit de la couleur bleue sa principale marque de distinction et porta son regard sur les personnages exclus de la société.

Dotées d’une profonde charge symbolique, les œuvres de Picasso de cette étape sont imprégnées de sentiments d’amertume comme le désespoir et le déracinement, que Picasso connaissait bien étant donné la précarité dans laquelle il se trouvait à ce moment-là.

Lorsque sa situation changea, le peintre s’éloigna de tout ce pessimisme pour évoluer vers un style plus amène, dominé par les tons roses et les images positives. Les nouvelles œuvres de Picasso continuaient à évoquer la mélancolie mais elles étaient exemptes du pathétisme de la période bleue.

De la même manière, Picasso commença à introduire dans ses compositions des personnages issus du monde du cirque comme les arlequins et les acrobates, que l’artiste connaissait bien grâce à ses fréquentes visites au cirque Médrano, situé à quelques rues de son atelier.

La révolution cubiste

L’obsession de la peinture occidentale à vouloir reproduire le plus fidèlement possible la réalité commença à être remise en question à la fin du XIXe siècle par divers artistes qui préféraient exprimer sur leur toile une vision plus subjective du monde, en harmonie avec leur époque marquée par les transformations sociales et les progrès scientifiques.

Cette recherche de solutions de remplacement aux techniques picturales dominantes depuis la Renaissance fut portée à son comble par Picasso, qui se détacha définitivement de la tradition par le biais du cubisme, style qui permettait de capter divers points de vue de façon simultanée.

L’étape cubiste commença en 1907 avec Les Demoiselles d'Avignon, qui deviendrait l’une des œuvres les plus importantes de Picasso, et se prolongerait les années suivantes avec de nombreuses expérimentations réalisées en collaboration avec le peintre George Braque.

Incomprises dans un premier temps par la plupart de ses compagnons, les expérimentations révolutionnaires du peintre andalou supposèrent un avant et un après dans l’histoire de l’art. Le cubisme donna lieu à un nouveau monde de possibilités et jeta les bases des avant-gardes puisqu’il généra une réaction en chaîne qui encouragea l’apparition d’autres mouvements comme le futurisme et le constructivisme.

Le classicisme

La Première Guerre mondiale plongea l’Europe dans un tel chaos qu’à la fin du conflit un énorme besoin de rétablir l’ordre se fit ressentir. Ce désir de récupérer les valeurs perdues durant la guerre se refléta également dans le domaine artistique.

Les mouvements avant-gardistes connurent un certain recul et la recherche de l’innovation constante fut détrônée par l’attachement à l’équilibre et à la sécurité des racines classiques de l’art. Picasso se rallia également à cette tendance.

Chef de file de la révolution cubiste, au début de l’après-guerre, le peintre décida de renouveler son langage en puisant son inspiration dans les modèles de l’Antiquité et de la Renaissance. Le tournant vers le classicisme se concrétisa dans des compositions comme Trois femmes à la fontaine et La flûte de Pan, œuvres dans lesquelles Picasso se réconcilia avec les figures aux contours bien définis.

Cette évolution se produisit en même temps que ses premières incursions dans le monde du théâtre, domaine où l’artiste put établir de nouvelles relations personnelles qui lui firent adopter un style de vie conforme à la direction que son œuvre était en train d’emprunter.


Impact du surréalisme

Durant les années 1920, l’apparition du surréalisme bouleversa complètement la scène culturelle parisienne. Avec le poète André Breton pour chef de file, ce mouvement apparut comme une alternative positive au dadaïsme, courant prédestiné à disparaître étant donné son caractère destructif, et fut fortement influencé par les théories psychanalytiques de Sigmund Freud.

Les surréalistes prônaient la suprématie du monde des rêves et des élans irrationnels. Ils considéraient que les artistes ne pouvaient bénéficier de la liberté créative que s’ils ignoraient les filtres imposés par la raison et accédaient directement à l’inconscient.

Guidé par ses désirs d’expérimentation, Picasso s’intéressa aussitôt au surréalisme, qui lui apporta de nouveaux outils pour exprimer ses préoccupations. Malgré tout, le peintre andalou évita d’adhérer officiellement au mouvement. De cette façon, il put conserver son indépendance et développer sa propre vision artistique sans ingérences externes.

Cette autonomie est manifeste dans les œuvres que Picasso réalisa à partir de 1925, parmi lesquelles figurent des toiles comme La Danse, une singulière réinterprétation du thème des Trois Grâces dans laquelle l’auteur se détache radicalement du classicisme des dernières années. Picasso représenta des figures à l’aspect macabre et les déforma avec une violence inhabituelle.

La Danse fut reproduite par André Breton dans le quatrième numéro de La Révolution Surréaliste, édité en juillet 1925, dans lequel il inclut également pour la première fois une photo des Demoiselles d’Avignon. De cette façon, il démontra l’affinité manifeste entre Picasso et le surréalisme.

L’expressionnisme et la guerre

En 1936, après le soulèvement d’un groupe de militaires conservateurs contre le gouvernement légitime de la République, l’Espagne se vit impliquée dans une cruelle guerre civile.

Le conflit –qui s’acheva en 1939 avec l’instauration d’un régime dictatorial dirigé par le général Francisco Franco– fut un avant-goût de la Deuxième Guerre mondiale, une guerre encore plus violente qui provoqua la destruction d’une grande partie du continent européen. Ces deux épisodes historiques marquèrent profondément Picasso, tant sur le plan personnel qu’artistique.

Le peintre prit directement part aux événements et son expérience eut un effet immédiat sur son œuvre. Cette période d’agitation devint une grande source d’inspiration pour l’artiste qui reproduisit sur la toile toutes ses angoisses à travers des compositions de style expressionniste, qui lui permirent de démontrer une fois de plus son habileté à élargir ses horizons.

C’est de cette époque précisément que date Guernica, l’une des œuvres les plus connues de Picasso. La peinture fut commandée pour le pavillon qui représenterait l’Espagne à l’exposition internationale de Paris de 1937 et elle devint un symbole universel de l’horreur de la guerre. La source d’inspiration fut le bombardement de la localité basque de Guernica, l’un des épisodes les plus dramatiques de la guerre civile espagnole.


Le style Picasso

Vers la fin de sa carrière, Picasso s’installa dans le sud de la France, où la pression dérivée de son immense popularité était moindre. Le peintre andalou était devenu une véritable légende vivante de l’histoire de l’art, un fait qui menaçait de voiler ses nouveaux exploits créatifs.

Fort d’une imagination qui, loin de s’épuiser, était sans cesse ranimée, Picasso continua à développer son propre univers, complètement éloigné des nouveaux courants avant-gardistes, comme l’informalisme et l’expressionnisme abstrait. De cette façon, l’artiste réussit à enchaîner diverses étapes créatives extrêmement fécondes qui lui permirent de se libérer de toutes contraintes stylistiques et il expérimenta toutes les techniques qu’il avait à sa portée.

De cette période sont issus les cycles picturaux basés sur des tableaux de grands maîtres de l’histoire de l’art, comme Les Ménines de Velázquez, Femmes d’Alger dans leur appartement de Delacroix et Le Déjeuner sur l’herbe de Manet.

Parmi les œuvres notoires de Picasso de ces années-là se trouvent également La Joie de vivre, élaborée durant un séjour productif à Antibes, et les fresques pour le Temple de la Paix de Vallauris, à travers lesquelles l’artiste manifesta son engagement politique, concrétisé par son adhésion au parti communiste français.

L’urgence créatrice du peintre se prolongea jusqu’à la fin de sa carrière, au moment où il se centra sur les séries basées sur un même concept, par le biais d’un style spontané et débordant de vitalité qui synthétisait parfaitement sa vision singulière de l’art.