Livres sur cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle

2 article(s)

  • Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle

    Langues:

    • Allemand
    • Anglais
    • Espagnol
    • Française
    Voir les détails

    Prix normal : 29,50 $US

    Special Price 19,95 $US

  • Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle

    Langues:

    • Espagnol
    • Anglais
    • Française
    • Italien
    • Allemand
    • Japonais
    • Russe
    • Portugais
    • Polonais
    Voir les détails
    15,50 $US
Que trouverez-vous dans ces livres

Livres sur la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle

Avec plus de huit siècles d’histoire, la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle est l’un des monuments les plus importants au monde. Le temple, envisagé au Moyen Âge pour abriter les reliques de l’apôtre Jacques, est non seulement l’un des hauts lieux de pèlerinage du christianisme mais il est également considéré comme un chef-d’œuvre de l’architecture au vu de sa conception singulière et de son ornementation délicate.

 

Ces livres sur la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle publiés par Dosde permettent de connaître tous les détails relatifs à ce chef-d’œuvre de l’architecture. Ils analysent les origines du culte de saint Jacques et montrent l’évolution architectonique du temple, un espace doté d’une profonde charge symbolique qui réunit des éléments de certaines des tendances les plus représentatives de l’art occidental.

 

 

L’histoire de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle

L’initiative d’un temple consacré à saint Jacques relève de la tradition chrétienne qui situe son sépulcre à l’extrême nord-ouest de la péninsule Ibérique, un territoire éloigné des principaux centres de pouvoir politique et religieux.

 

Le récit détaillé, raconté dans les livres sur la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, assure que saint Jacques fut enterré à quelques kilomètres des côtes de Galice, dans le mausolée d’une femme romaine appelée Atia Moheta. C’est là aussi que ses disciples, Athanase et Théodore, reçurent sépulture, à côté de la tombe de l’apôtre. Recouvert de végétation, le mausolée passa inaperçu jusqu’au début du IXe siècle. C’est Théodomir, évêque du diocèse d’Iria Flavia, qui en fit la découverte grâce à des lumières au-dessus du tombeau. Par la suite, une petite église fut édifiée sur le sépulcre, remplacée sous le règne d'Alphonse III par un temple plus grand.

 

 

La construction de la cathédrale

La cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle a commencé à être édifiée en 1075, en même temps que la consolidation du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Envisagé selon les canons de l’architecture romane, le temple médiéval est le résultat d’un long processus de construction auquel participèrent divers maîtres d’œuvres, dont le maître Mathieu, auteur du porche de la Gloire, chef-d’œuvre de l’art médiéval qui fait allusion au triomphe de Jésus-Christ à travers un programme iconographique complexe qui est analysé en détail dans ces livres sur la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle.

 

Entre les XVIIe et XVIIIe siècles, la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle fit l’objet de diverses rénovations qui permirent d’introduire de nouveaux éléments adaptés aux goûts esthétiques de chaque époque, comme la façade de l’Obradoiro, qui a fini par devenir l’image la plus reconnaissable du temple, comme en témoignent les livres des musées et monuments édités par Dosde. 

 

À travers ces rénovations, réalisées de façon intermittente et sans plan directeur unique, la cathédrale a incorporé à sa structure médiévale des caractéristiques des styles Renaissance, baroque et néoclassique qui ont contribué à mettre en valeur l’importance symbolique du siège des reliques de l’apôtre Jacques.

 

 

Le temple parfait

De par ses proportions, la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle dépasse la plupart des temples européens contemporains. Comme on peut le vérifier dans les livres sur la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, l'amplitude que transmet l'intérieur du temple est due en grande partie aux dimensions de la nef centrale et des nefs du transept, rares à l'époque romane, mais également à une série de solutions architectoniques destinées à créer un cadre harmonieux et spacieux comme l'ouverture de la nef centrale vers les latérales par le biais d'arcs plein cintre reposant sur des piliers de demi-colonnes adossées ou encore la construction sur les nefs latérales d'une galerie qui parcourt tout le périmètre du temple et qui s'ouvre sur l'intérieur par le biais d'une succession d'arcatures à deux arcs.

 

Les rénovations de la cathédrale au fil du temps modifièrent son aspect externe et apportèrent de nouveaux éléments ornementaux et architectoniques à l'intérieur, tout en respectant la structure médiévale.